mardi 9 juillet 2013

(Peintre en lettres*)

Mardi 2 juillet, 7h50. Avant de m'engouffrer dans la bouche de métro je suis happée par cette incroyable vision d'un peintre en lettres en action. L'instant est immortalisé en quelques secondes. Un homme méfiant sort de la boutique, m'interpelle, me demande pourquoi je viens de prendre une photo. Je lui explique que j'ai connu la devanture avant son ravalement qui avait fait disparaître toutes les inscriptions et que je suis sous le charme de cette initiative ! L'homme est intrigué. Il me tend sa carte de visite et m'invite à entrer. Je suis partagée entre l'envie irrépressible de découvrir cet antre, vestige de l'activité des  abattoirs de La Villette et celle de partir pour prendre mon train. Mais l'occasion est trop belle. Me voilà donc au paradis des couteaux à désosser et des hachoirs à 8h00 du matin... Entre temps, le peintre est descendu de son échafaudage pour me serrer la main : "voilà l'artiste !" me dit l'homme. 
L'homme méfiant des débuts est devenu affable dès le seuil franchi. Il s'appelle Claude Bellynck et poursuit l'oeuvre de son père commencée en 1936. La boutique était autrefois fournisseur des abattoirs, situés en face. L'arrière cour, toute en longueur, était d'ailleurs utilisée pour parquer les animaux, elle a été transformée aujourd'hui en showroom. La boutique est une référence dans la fourniture du matériel de charcuterie et de boucherie. Elle retrouve, grâce à "l'artiste", son cachet qui fait lever bien des yeux avant l'entrée du métro.
 Paris, 194 avenue Jean-Jaurès, 2 et 7 juillet 2013.
*un post pour Philippe qui avait publié la photo de la façade en 2009 avant son ravalement.

2 commentaires:

  1. Merci Clio, c'est une bien belle réapparition !

    Bravo pour ce scoop !

    RépondreSupprimer
  2. Une lumineuse réapparition même !

    RépondreSupprimer