dimanche 30 juin 2013

(Cognac)

Première moisson sur la nationale 2 en ce dernier jour de juin. Le pignon de cette grange expose les stigmates propres à son statut de maison carrefour située au croisement de la nationale et de la petite départementale sinueuse 33, reliant la Belgique à Aulnoye. Peinte au plus près du bord de la maison, la publicité pour le Cognac Martell a vu passer des milliers et des milliers de voitures. Toujours là, elle défie le temps, les panneaux actuels, les modifications structurelles. Elle fait partie de celles qui incarnent parfaitement l'histoire des murs peints et qui pourraient répondre à l'adage suivant : rien ne vaut un bon emplacement pour durer.



Dourlers, nationale 2, 30 juin 2013

lundi 24 juin 2013

(Citroën)

La marque aux chevrons a été obligée d'abandonner sa linéarité habituelle pour répondre aux contraintes du mur pignon : une courbure légère, parfaitement maîtrisée, répondant aux deux chevrons, symbole de la marque Citroën, et inscrits dans un parfait ovale.
Saint-Valery-sur-Somme, 23 février 2013.

dimanche 23 juin 2013

(Blaze)

Le mur peint ci-dessous présente encore un étonnant palimpseste dont ressort un blaze pour le moins génial : Raphaël Forvil ! L'assemblage de la Saint-Raphaël, ici dans une version pas très répandue avec sa bouteille galbée (que l'on retrouve notamment à Gennes) a été recadrée par la publicité Forvil. 

Rémilly (Moselle), par Thibault, avril 2013.

vendredi 21 juin 2013

(Dans ma benz)

Si le bleu est si bleu c'est grâce à la dépose d'un panneau qui a préservé l'intégralité de cette publicité assez rare le long de nos route.


rue d'Artres, Famars, juin 2013

jeudi 20 juin 2013

(Au faîte)

Le pointu de la toiture reste un emplacement idéal pour les publicitaires à l'instar de celui-ci près de la gare de Beauvais. Occupé une première fois, il fut recouvert par l'enseigne des vins et spiritueux de la maison Henry et Lamare.

Beauvais, mars 2013.

mercredi 19 juin 2013

mardi 18 juin 2013

(Rideau)

La découverte de ces devantures silencieuses me replonge toujours dans les souvenirs très précis de mon enfance. En vacances chez mes grands-parents, dans un petit village planté au bout d'une longue côte en ligne droite - la route de Tours-, on arrivait au carrefour de quatre rues formant une petite place et on embrassait, d'un seul coup d'oeil, tous les commerces faisant bloc autour de l'église. Ce noyau dur semblait ne vouloir jamais plier face aux assauts des grandes surfaces. Plusieurs cafés, un quincailler, un hôtel, une boulangerie... Mais mes grands-parents avaient déjà baissé la garde, décidant que les courses mensuelles se feraient désormais dans le gros bourg d'à côté, et que pour le reste, les livraisons étaient plus appropriées. Seule resta dans les derniers étés des mes vacances, la boulangerie, tenue pas une très vieille dame, sourde, qui finit par mourir, laissant le village orphelin de son dernier commerce. Je n'ai plus guère l'occasion d'y retourner, mes grands-parents ayant disparu depuis longtemps, mais j'aurais aimé poser mon regard d'adulte avec eux sur cette situation dont ils ont été en partie et bien malgré eux, les acteurs silencieux.

Dieuze, avril 2013.
Merci à Thibault.

lundi 17 juin 2013

(Shell)

Alors que les stations services anticipent plusieurs kilomètres en amont l'annonce de leur prochaine halte carburant, nous sommes ici devant un cas d'école ! Shell bat le rappel à 30 mètres seulement de sa station située en plein coeur de Bordeaux. On retrouve ainsi sur cette portion de mur, le coquillage jaune bouton d'or incarnant parfaitement la marque, peinte au centre du pétoncle, et qui a ici presque complètement disparu.

rue Capdeville, Bordeaux, 25 mai 2013.

dimanche 16 juin 2013

(Spido)

Grâce à la sagacité de Lydie, l'huile Spidoléine sort de l'ombre. Déjà présentée ici, elle recouvre une publicité antérieure pour Saint Michel qui reste pour sa part énigmatique. Que cache cette publicité liégeoise au patronyme biblique ?
 Angleur, septembre 2009. 

samedi 15 juin 2013

(Naours)

Un nouveau mur pour le site de Naours reconnaissable à sa police d'écriture, faussement gothique et son fond rouge. On en retrouve un peu partout dans les environs, dans le département tout proche de la Seine-Maritime à Dampierre-en-Bray et dans la Somme à Caulières. Toutes ces publicités ont la particularité d'être très bien conservées, sans doute parce que l'intérêt et l'originalité du site ne se sont jamais démentis depuis son ouverture aux touristes en 1949 et que la préservation de ces supports peints participe encore grandement à sa communication.

Grémévillers, Oise, mai 2013.
Merci à Vincent pour sa première contribution.

mercredi 12 juin 2013

(Elf)

Un garage tout petit, au centre de Bordeaux, avec une enseigne bleue qui s'efface peu à peu sous les assauts des embruns marins de la Garonne atlantique.

rue Emile Fourcand, Bordeaux, 25 mai 2013.

mercredi 5 juin 2013

(Cocorico)

L'incarnation des valeurs de Mobilier de France par l'image se retrouve dans son logotype. Trois signes pour symboliser le bec, la crête et la tête du coq : une représentation presque enfantine, rappelant les gommettes colorées des cours préparatoires. Le gallinacé chantant a disparu du logo de la marque en 1989.
Verneuil-en-Halatte, 2 juin 2013.

lundi 3 juin 2013

(Sixties)

Un bar fantôme sorti tout droit des années 1960 se dresse à l'entrée de Vihiers, là où prendra place dans quelque temps la résidence du Lys. La typo totalement décalée des trois lettres du mot bar, la devanture rose pâle animée par ces placages si caractéristiques donnent à l'ensemble une pesanteur bonhomme. On se plaît à imaginer que derrière le rideau écossais se dresse encore un intérieur répondant à la devanture.

Vihiers, D 960, 19 avril 2013