lundi 31 décembre 2012

(Nihil obstat)*

2012. 
208 posts, de jolies trouvailles, de belles rencontres, des arrêts d'urgence au bord de la route, des "je repasserai" qui attendent toujours, des "trop tard !", de nombreuses (très nombreuses) photos glânées dans toute la France et à l'étranger, un stock qui attend d'être publié et quelques espoirs de réapparitions.
Et vous. Visiteurs, commentateurs, contributeurs et autres bloggeurs qui partagez le même intérêt pour les murs peints publicitaires. Vous êtes en moyenne 50 par jour à passer sur ce blog. Les contributeurs, timides au début, font des émules et me livrent de bien beaux murs ! Merci donc à Grégory, Véronique, Thibault, Fanny, Guillaume B., Grégoire, Laurence, Guillaume L., Lulu, Evelyne et Claude, Armel, François, Lydie et Michel (x 2), Marie-Laure, Aurélie. Merci aussi à tous ceux qui m'accompagnent, me servent (souvent) de chauffeurs et dont le regard devient aussi scrutateur que le mien. 

MERCI.

Je vous livre ici l'un de mes préférés de 2012, il n'est pas français mais bruxellois et reste une découverte exceptionnelle tant par sa conservation que par son occupation.

Rendez-vous en 2013. Et d'ici là passez un bon réveillon !

Clio.

*nihil obstat : rien ne s'oppose à ce que ce blog continue...

dimanche 30 décembre 2012

(Stop !)

Les viticulteurs ont toujours su, dans cette région des bords de Loire, attirer à eux de potentiels consommateurs. Il est vrai que le choix y est vaste et les appellations nombreuses. Pourtant, bien loin des publicités où seule la marque apparaît, où l'impact du message est beaucoup plus direct et qui sont l'apanage de la très grande majorité des pubs peintes, les viticulteurs Bouvet-Ladubay ont choisi ici un message beaucoup plus long interpellant directement l'automobiliste, ciblé ici touriste (tant pis pour les autres !) entrant dans Saumur : 
"Touristes... visitez les caves St Hilaire-Saint-Florent"
Ladubay apparaît en lettres fantômes au milieu du mur. Le second patronyme "Bouvet" devait être autrefois également visible. Un autre mur semblable est visible à Saint-Nicolas de Bourgueil.




Un mur tout frais pris cet après-midi (et découvert hier).
Saumur, D 347, 30 décembre 2012.

samedi 29 décembre 2012

(Jacouti)

Jacouti, un patronyme bien méridional, se déploie ici au dessus de l'entrée de ce magasin dans le centre de Limoux. A quoi faisait-il référence ? Mystère.
Limoux, juillet 2012. Par Guillaume. Merci !

vendredi 28 décembre 2012

(La méforme d'une ville*)

L'hôtel de la Duchesse Anne a brûlé en juin 2004. L'échafaudage qui protégeait son toit béant a été démonté récemment. Et depuis, rien. Cet ensemble hôtelier, construit par l'architecte nantais Ferdinand Ménard au début des années 1930, respire l'Art-Déco. Et l'on s'étonne que cette grande carcasse vide, située en plein coeur de Nantes et face au château des Ducs de Bretagne, soit dans l'immobilisme le plus complet depuis bientôt 9 ans. L'argument de conservation de cette architecture typique Art-Déco semble vite balayé puisque Ménard a oeuvré pour de nombreux hôtels dans le secteur et notamment à La Baule (il a même une avenue à son nom coincée entre les marais salants et l'océan). Pourquoi dans ce cas réhabiliter un architecture que l'on retrouve ailleurs et en meilleur état de surcroît ? 
Aujourd'hui, à défaut d'entente entre les propriétaires, la ville et de potentiels repreneurs, l'hôtel fait la joie des explorateurs urbains et de quelques petits plaisantins
L'hôtel du Château dans un style plus "nordique" se fait tout petit à côté de ce géant et semble attendre la renaissance de son prestigieux voisin.
Nantes, 17 novembre 2012.
* Le titre fait référence à l'ouvrage de Julien Gracq, qui a si bien décrit Nantes dans "La forme d'une ville", et est emprunté directement à ce blog.

jeudi 27 décembre 2012

(Plus courte avec Philips)

Elle fait partie des publicités qui auraient du figurer dans ce livre sorti il y a presque deux ans. Mais puisque la place manquait, et puisque surtout cette incursion dans l'art urbain détonait un peu, il fut décider d'alléger les dernières pages et de laisser tomber ce mur pourtant fort intéressant dans sa juxtaposition ! Il m'en a donnée du fil à retordre ce pignon. C'est un habitant du quartier qui m'a donnée la clef de lecture -il s'agit vraiment de ça quand vous butez désespérement sur un assemblage de lettres, de couleurs et de formes qui ne vous disent strictement rien !
Nous sommes ici en présence d'une publicité pour les lubrifiants automobiles Veedol : le grand V du début est réapparu au milieu d'une nouvelle publicité pour les radios Philips qui la recouvre partiellement. Le slogan de cette dernière proclame (ondes) "plus courte avec Philips"  : et la silhouette qui se détache à gauche semble appartenir à la première mouture. 

Nogent-sur Oise, nationale 16 (avenue du 8 mai 1945).

mercredi 26 décembre 2012

(Dubonnet quotidien)

Bel emplacement pour ce double mur occupé à l'origine par Dubonnet et repris plus tard par Café Quotidien. Le tout a été peint le long de l'ancienne nationale 1 qui reprend ici le tracé de la nationale 16 : nous sommes très exactement ici au kilomètre 100, depuis la porte de la Chapelle, de la nationale 1.

36 rue Saint-Pierre, Esquennoy, septembre 2012. Merci à Fanny !

mardi 25 décembre 2012

(Noé)

Après les meubles Poirier, les meubles Simon et les meubles Evra, voici les meubles Noé ! Un nom prédestiné pour un marchand de meubles... Le grand mur peint jaune annonce "meubles Noé/2 magasins (en rouge)/Grand'rue, angle de la salle des fêtes". Aucune mention en revanche de la localisation de ces deux magasins. De quelle ville s'agit-il ? Lens ? Carvin ?


rue de la Gare d'Harnes, D 39, Courrières. Une contribution "ressuscitée" de Fanny.

lundi 24 décembre 2012

(Devantures)

Rideau baissé pour ces commerces saint-affricains. Si certains ont gardé leurs enseignes, d'autres n'ont conservé que leurs devantures avec habillage de carreaux.
J'aime beaucoup l'enseigne rose bonbon du commerce d'alimentation ci-dessous dont l'aspect me rappelle celui d'une éponge, et dont les lettres A et le E sont très originales.
rue du général de Castelnau et rue des Potiers, Saint-Affrique, septembre 2012.

dimanche 23 décembre 2012

(Fers à cheval)

Voici une très jolie enseigne, toute simple, pour une ancienne maréchalerie-taillanderie. J'ai un petit faible pour les deux fers à cheval au centre qui viennent harmoniser cette composition parfaite : 12 lettres de chaque côté !
Et comme une harmonie n'arrive jamais seule, c'est aujourd'hui le 200e post de l'année 2012 !

Saint-Saturnin-lès-Apt, octobre 2102. P&M.

samedi 22 décembre 2012

(En passant)

... et en restant dans le vert (c'est un hasard !) une façade de mur peint tronquée, car prise sur le vif, en voiture. Elle mentionne la présence d'un garage en lettres noires, ainsi que celle d'un restaurant, sans doute celui de Notre-Dame des Lumières, situé dans la même commune.
Goult, octobre 2012. Par P&M.

vendredi 21 décembre 2012

(Pêche à la laine)

Curieuse association pour cet ancien commerce à la façade massacrée et dont subsiste miraculeusement l'enseigne en 3 D "Laines/Pêche".


 Le Mans, 13 place Washington, novembre 2012.

jeudi 20 décembre 2012

(S'il n'en reste qu'un*)

Puisque le vert vous inspire -merci pour vos très très nombreux commentaires !- il se trouve que dans mes dernières photos de murs peints se cachait cette toute petite publicité pour les machines à coudre Elna. Une marque née en suisse en 1934 et qui depuis 78 ans est reconnue pour sa précision. Et le vert utilisé ici est exquis, entre le vert émeraude et le vert menthe, mais ça, c'est une autre histoire.
Nantes, 17 novembre 2012.
* un mur peint, s'entend... !

(Gamme vert)

Dans la gamme des verts, évoquée précédemment, Philippe me fait remarquer à juste titre que la marque Noilly-Prat s'affichait en vert sur nos murs. Elle a été peu évoquée sur mon blog, et pour cause, la seule mention se trouve ici, en Touraine et elle n'est vraiment plus de la toute première fraîcheur !

mercredi 19 décembre 2012

(Du vert !)

L'agencement du slogan en deux parties, le nom de la marque en oblique et la couleur de ce mur peint sont peu courants. Il y a très peu de fond vert et très peu de vert tout court dans la gamme des murs peints. Le seul qui me vienne à l'esprit à l'écriture de ce billet est celui-ci. Les parpaings de pierre réguliers donnent à l'ensemble un air de page de cahier d'écolier où l'on se serait appliquer à écrire : SES TOILES/A CANAVY-FRERES/SES VETEMENTS.
Limoux, fin juillet 2012. Merci à Guillaume qui m'avait cachée ces belles trouvailles estivales !

mardi 18 décembre 2012

(Instantané)

Voici une magnifique composition prise sur le vif ce matin à l'autre bout de la France et qui, magie d'internet, se retrouve quasi instantanément sous vos yeux qui ne pourront être qu'éblouis, j'en suis sûre ! 
Superpositions, dégradations et multiples sens de lecture font de cet ensemble un patrimoine exceptionnel, le tout peint sur une maison typique de l'Aude avec sa corniche en génoise. 
Que donne le décryptage de ces deux murs ? Sur fond rouge on découvre la  première publicité "Ca-Va-Seul" de ce blog, une marque belge de produits d'entretien, à l'origine spécialisée dans le cirage et qui existe toujours. Le peintre n'en a apparemment rien eu à cirer puisqu'il a recouvert toute la partie droite de la marque par une première publicité pour la brillantine Forvil, que l'on devine entre le U et le Z de Suze avec son slogan "la plus brillante brillantine", elle même recouverte par une grande Suze verticale. Seul le début du mot Gentiane est encore lisible en bas.
L'autre mur accueillait une grande Forvil et sans doute autre chose puisque quelques lettres n'appartenant pas à la marque se baladent par-ci par-là.
Coursan, angle des avenues Jean-Jaurès et Frédéric-Mistral, 18 décembre 2012.
Merci Guillaume !

lundi 17 décembre 2012

(En gare)

Déjà repérée en juillet dernier, la voici enfin sur ce blog, cette grande enseigne pour un commerce de Vins en gros-Distillerie de la Limagne tenue par Léon Serre. De la vigne en Auvergne ? Eh oui ! La vigne cultivée dans la plaine de la Limagne fait partie des plus anciens vignobles de France puisque l'on dit que Vercingétorix n'y était pas insensible. En 1830, Vaysse de Villiers décrivait ainsi ce vignoble : "Les coteaux sont tapissés de vignobles qui produisent une immense quantité de vins d'ordinaire, principal et grand objet d'exportation pour la Limagne (...) On sait que les gros vins de la Limagne, connus à Paris, leur principal débouché, sous le nom générique de vins d'Auvergne, n'y soutiennent qu'avec peine et à force de bon marché, la concurrence des vins de Bourgogne et autres". Un terroir à redécouvrir !
quartier de la gare, Riom, octobre 2012. Merci à Grégoire et Laurence.


dimanche 16 décembre 2012

(Les flammes de l'Enfer...)

Ce sont celles de la marque Godin, les fameux poêles, dont le nom se lit encore au centre de la première image, en lettres capitales. Quelques flammes jaune viennent lécher le bas du mur. Pour voir à quoi cela ressemble en bon état, c'est ici
La lecture de l'autre publicité présente sur ce mur n'est pas des plus faciles. Une boisson apéritive, le Kina, le Pikina ? Ou du carburant, Fina ? Quant aux trois autres fantômes lettrés tout en haut, on serait tenté, par habitude, d'y voir le début du mot Dubonnet, mais le mot semble un peu long pour la largeur du pignon... A vos loupes !


Catillon, décembre 2012. Merci à Thibault.

vendredi 14 décembre 2012

(Antar)

Lumineuses ! Comme toujours sur la brique, les couleurs des publicités peintes ressortent avec plus d'intensité. Ici on découvre une double publicité pour les stations Antar -si si ouvrez bien l'oeil, les 5 lettres se détachent en plus petit au-dessus de la plus visible !- implantée à 7 km du point de ravitaillement. Une double dose était-elle prévue pour les automobilistes ?

Nous sommes à Catillon, dans le Nord (décembre 2012). 
Et c'est une nouvelle contribution de Thibault très très hivernale.

jeudi 13 décembre 2012

(Bleu, blanc, rose)

Intéressante superposition pour deux marques issues du même fabricant : Forvil et son slogan "Exigez la brillantine Forvil" a été recouvert par Forbril, une variante beaucoup plus brillante !

 Semur-en-Auxois, novembre 2012. Merci à Thibault !